Un petit point sur la composition de l'infanterie dans la période précédant la grande guerre.

2014-10-18_202344

(source : INVENTAIRE SOMMAIRE DES ARCHIVES DE LA GUERRE SÉRIE N 1872-1919)

Aux termes de la loi des cadres et effectifs du 13 mars 1875, l’infanterie comprend :
- cent quarante-quatre régiments de ligne (pour atteindre ce nombre, correspondant aux dix-huit corps d’armée prévus par la loi d’organisation générale de l’armée, il a fallu créer, dès 1873, dix-huit régiments, un par corps, numérotés de 127 à 144). Tous les régiments sont à quatre bataillons de quatre compagnies ; ils ont en outre un dépôt de deux compagnies pour l’infanterie de ligne.

Par la suite, des aménagements sont apportés à cette organisation, dans la métropole comme en Afrique du nord.

La loi du 25 juillet 1887 modifie la structure des corps d’infanterie de ligne pour permettre la création de dix-huit régiments nouveaux, dits régionaux et numérotés de 145 à 162, affectés à la défense des places fortes et n’entrant pas dans la composition des corps d’armée ; le nombre des bataillons est ramené à trois, de quatre compagnies chacun ; les compagnies de dépôt sont supprimées ; les cent quarante-quatre régiments des corps d’armée, dits régiments subdivisionnaires, conservent, en plus de leurs trois bataillons, un cadre complémentaire d’officiers destiné à faciliter la reconstitution éventuelle d’un quatrième bataillon. En fait, les quatrièmes bataillons sont rétablis ensuite, mais d’abord pour les régiments régionaux (loi du 20 juillet 1891), et après seulement, pour les régiments subdivisionnaires (loi du 4 mars 1897) ; ils disparaissent à nouveau progressivement de 1902 à 1907, sauf dans les régiments des régions frontières ; ceux-ci les conservent à titre de bataillons détachés dans les places fortes, où ils se substituent aux régiments régionaux, intégrés petit à petit dans de nouvelles divisions faisant partie des corps d’armée. Un décret du 19 mars 1913 regroupe ces bataillons de forteresse, avec la même mission, en dix régiments, hors corps d’armée et numérotés de 164 à 173 — un 163e régiment, subdivisionnaire, ayant été créé par la loi du 23 juillet 1891.

Jusqu’au 8 mai 1894, le numérotage des compagnies se fait de 1 à 4 par bataillon ; à partir de cette date, il se fait en une série unique pour chaque corps ; c’est ainsi que la 1re Cie du 2e bataillon devient 5e Cie du régiment, la 2e du 3e bataillon, 10e ; et s’il y a un 4e bataillon, la 3e du 4e bataillon, 15e (circulaire n° 277 du 8 mai 1894, 9 N 8).


(source livre du gradé de 1895)

Les bataillons A, B et C appartiennent aux régiments actifs et représentent les bataillons 1, 2 et 3.

Les bataillons numérotés 4, 5 et 6 appartiennent aux régiments de réserve. Les bataillons D appartiennent aux régiments régionaux; ce sont les 4ème bataillons de ces régiments.

Le bataillon se compose de 4 compagnies. Dans le régiment actif, les compagnies sont numérotées de 1 à 12 et dans celui de réserve de 13 à 24.

La 1ère compagnie du dépot prend le n°25.

La compagnie est fractionnée en 4 sections numérotées de 1 à 4 formant 2 pelotons.

Sur le pied de paix, chaque section est divisée en 2 escouades. Les 8 escouades de la compagnie sont désignées par les n° impairs de 1 à 15. Le sergent commande une section.

Sur le pied de guerre, le sergent commande la demi-section. Chaque escouade se dédouble et les escouades nouvelles prennent les n° pairs de 2 à 16. La réunion de 2 escouades forme alors une demi-section. Dans chaque compagnie, le lieutenant le plus ancien commande la 1ère section, le 2ème lieutenant ou sous-lieutenant la 4ème, l'officier de réserve la 2ème et l'adjudant la 3ème. A défaut d'officier de réserve, le sergent-major commande la 2ème section.


grades de l'infanterie avant 1913 (avec certaines spécialités):

Vous trouverez ci dessous une représentation graphique des grades de l'époque.

Au préalable, une description des fonctions de l'époque au sein du régiment d'infanterie. A chaque grade correspondait un niveau de responsabilité au sein du régiment, décrit en fonctions.

Le décrét du 25/08/1913 portant réglement sur le service interieur des corps de troupe de l'infanterie définit les fonctions suivantes au sein du régiment:

à l'état-major

- le colonel

- le lieutenant colonel (commandant en second)

- le major

- les officiers du cadre complémentaire

- le capitaine adjoint au colonel

- le capitaine trésorier et son adjoint

- le capitaine chargé du matériel et son adjoint

- les médecins

- le chef de musique-

dans les bataillons

- le chef de bataillon

- l'adjudant major

- l'adjudant-chef de bataillon

- le capitaine

- les lieutenants, sous-lieutenant et adjudant-chef du cadre complémentaire

- l'adjudant de compagnie

- le sergent-major

- les fourriers (caporal et sergent)

- les sergents

- le caporal d'escouade

- le caporal de chambre

- le caporal d'ordinaire

- les soldats (fantassins, soldats de 1ère classe, élèves caporaux, soldats des spécialités, sapeur-pionnier, mitrailleurs, vélocipédistes, télégraphistes, téléphonistes, tambours, clairons)

- les employés (secrétaires, soldats ordonnace, garde magasin, ouvrier tailleurs et cordonniers, perruquier (coiffeur))

- les réservistes

- les territoriaux

au sein de la compagnie hors rang:

- adjudant-chef de casernement

- caporal sapeur

- sapeur ouvrier d'art

- maitre d'escrime

- caporal moniteur d'escrime

- sergent chargé des équipages et des écuries

- conducteurs

- maitres ouvriers

- la musique

- les officiers de complément


en complément des fonctions qui régissent le cadre du travail et les responsabilités de chacun, on retrouve des services qui eux permettent le bon déroulement du fonctionnement de la caserne.

- service général du corps

au niveau régimentaire

chef de bataillon de semaine

capitaine de semaine

adjudant de semaine

garde de police

sergent de garde

caporal de garde

au niveau de la compagnie

sergent de semaine

- service des écoles (bibliothèque, salle de lecture et de correspondance)

- service médical

- service vétérinaire

- service des écuries

- service des fonds et du matériel

- service postal et télégraphique

- service de l'alimentation


Représentation graphique des grades et spécialités.

militaires du rang:

2016-08-16_181718

tenue de caporal du 115 RI.

Képi troupe mdl 1884, veste troupe mdl 1879 (dit "ras de cul") avec galon de caporal, pantalon troupe mdl 1867, brodequin troupe mdl 1893 avec jambières.

2014-11-21_212107

« collection privé de L B. (Sarthe) »

Les sous-officiers:

2014-11-21_204015

les officiers:

2014-11-21_204027

les médecins

auxilliaire ( galon d'adjudant ) non titulaire du doctorat;
aide-major 2ème classe ( sous-lieutenant );
aide-major 1ère classe ( lieutenant );
major 2ème classe ( capitaine );
major 1ère classe ( major, commandant );
principal de 2ème classe ( lieutenant-colonel );
principal de 1ère  classe ( colonel ).

2015-03-01_165743

les clairons et tambours:

2015-02-08_175253

les musiciens:

2014-11-21_204153

2014-11-21_204219

Concernant le temps de guerre et la mobilisation:

Composition (théorique) du 115ème RI à la mobilisation de 1914

les effectifs décrits ci-dessous sont ceux du régiment sur le pied de guerre.

(il manque une section de mitrailleuses)

TUEM_1914

Détails des effectifs 

(source le livre du gradé d'infanterie 1914-1915)

la compagnie d'infanterie sur le pied de guerre comprend:

2 pelotons, soit 4 sections soit 8 demi-section, soit 16 escouades.

son effectif est de :

4 officiers (1 capitaine, 3 lieutenants ou sous-lieutenant, dont 1 de réserve)

11 sous-officiers (1 adjudant, 1 sergent-major, 1 sergent fourrier, 8 sergents)

17 caporaux (1 caporal fourrier, 16 caporaux)

222 soldats (4 tambours et clairons, 1 infirmier, 1 cycliste, 3 conducteurs, 8 sapeurs pionniers, 1 tailleur, 1 cordonnier)

il y a en outre 4 brancardiers qui comptant à l'EM du bataillon, sont en subsistance à chaque compagnie.

Section de mitrailleuses

1 lieutenant, chef de section

1 adjoint (sergent)

2 caporaux chefs de pièce

1 caporal chef approvisions

1 caporal chef de voiture

2 tireurs

2 chargeurs

2 aide-chargeurs

4 pourvoyeurs

11 conducteurs

1 armurier

1 ordonance agent de liaison

1 télémetreur

En 1916 (principe testé dès mars 1915), les bataillons perdent leur quatrième compagnie qui forme un dépôt divisionnaire assurant l'instruction des renforts, qui se voit remplacé par une compagnie de mitrailleuses à 4 sections de 2 pièces, soit 8 mitrailleuses. On compte alors 3 compagnies de mitrailleuses par régiment, soit 24 mitrailleuses par régiment. Au 1er bataillon, la compagnie porte le n°1 : CM1, au 2iem bataillon le n°2 : CM2 et au 3iem, CM3)

2014-04-14_221846


Pour plus d'informations ou de détail sur la composition du régiment, brigade, ..., le lien ci dessous vous renvoit au site"chtimiste.com" qui décrit la composition de ces différentes unités.

http://chtimiste.com/regiments/regimentcestquoi.ht...



De même pour des informations sur le parcours du soldat avant guerre (recrutement, recensement, tirage au sort, classe de recrutement, conseil de révision, affectation, instruction, périodes d'exercices, grandes manoeuvres, ...), je vous invite à lire les remarquables fiches (étape 3) du site "combattant 14-18" dont les liens se trouvent sur la page ci-dessous:

http://combattant.14-18.pagesperso-orange.fr/pasap...