2014-11-01_211021

Cette page, au travers des cartes postales et d'images issues des albums (albums militaires, infanterie, livraison 1 et 2, service intérieur et en campagne), retrace quelques morceaux de la vie des soldats au 115e RI de Mamers ou Nogent le Rotrou.

l'incorporation.

octobre 1908 "je suis en ce moment à la cantine, ne suis pas encore habillé et attend ma visite au major. Le rata n'est pas moche et les lits épatants seulement les parisiens sont rares ..." JOLLY Clément 6ème Cie.

Tout français doit le service militaire personnel. Le recrutement de l'armée s'opère par des appels annuels, en octobre, effectués au moyens de tirage au sort et subsidiairement par des engagements.

Le 115 ème régiment d'infanterie comptait parmis ses recrues des sarthois, des mayennais mais aussi une forte proportion de parisiens. Arrivant à la gare de Mamers, le nouveau contingent annuel d'octobre était accueilli et conduit à la caserne distante de 2 km.

AM_L1_inf_service-interieur  (4)

AM_L1_inf_service-interieur  (5)

190711_bleu

190811_bleu

190807_bleu


la restauration, la chambrée et les détentes

Chaque bataillon avait sa cuisine et son foyer. (ici le foyer du 2ème bataillon et les cuisines du 1er et 3ème bataillon).

Le livre du gradé de 1894: art.358 Les hommes font deux repas principaux par jour; autant que possible, ils doivent avoir pris le café avant le travail du matin. Le pain, la viande, les légumes, le café constituent la base de l'alimentation du soldat...L'eau constitue la boisson habituelle du soldat, exceptionnellement des rations de vin.

(extrait de la circulaire du 08/05/1900): Les boissons "alcooliques" sont interdites. Seules sont autorisées les boissons dites hygiéniques (vin, bière, cidre, café, sirops).

190810_cantine

AM_L1_inf_service-interieur  (11)

2016-08-20_130747

2016-08-16_143131

2016-08-16_150930

2016-09-16_213141

191409_cantine

xxxxxx_cuisine

nogent1

z_2015-07-28_195018

Mr MINET, cantinier

115ème d'INF, 1er BAT, n°1.

le blog ci dessous présente un excellent article sur l'emploi civil de vivandiers, cantinières qui était "armé" par d'anciens sous-officiers rengagés ou des épouses de sous-officiers.

http://amphitrite33.canalblog.com/archives/p491-1....

cantine

Mme DELAROCHE cantinière

115eme d'INF, 1er Bat, N°1

la tenue des chambres

"quoiqu'en dise notre photographe nous ne mangeons pas dans notre chambre, mais ce n'en est pas plus luxieux pour cela..." soldat Bonard. Cette remarque s'applique à cette carte postale de chambrée déjeunant sur la table commune. Cependant le réglement n'interdisait pas de manger sur la table de la chambrée.

Le livre du gradé de 1894: art.355: Au réveil, on découvre les lits en relevant et ployant successivement au pied du lit les différentes parties de la fourniture; les lits restent découverts au moins pendant 1 heure. Les chambres sont nettoyées; les planches à pain et à bagages, les tables, les bancs, etc, sont essuyés; les ordures sont déposées dans la partie du quartier désignée.

Tous les samedis, les planchers sont lavés et frottés avec du sable humide, additionné d'une petite quantité de potasse...; les vitres sont nettoyées; les couvertures et les matelas sont battus au grand air.

Il est défendu de mettre du linge entre la paillasse et le matelas, de manger sur les lits, d'y déposer des aliments, de se coucher sur les lits avec la chaussure aux pieds, de fumer dans les chambres pendant la nuit, d'y cracher et d'y vider les pipes ailleurs que dans les crachoirs et d'y entrer avant d'avoir décrotté ses chaussures.

AM_L1_inf_service-interieur  (6)

2016-05-16_173754

191909_la-chambree

Les chambrées du 115e RI à MAMERS ou NOGENT semblent correspondre  au modèle des casernes modèle 1874, avec 24 hommes (2 escouades) par chambre au maximum. A MAMERS, les grandes chambres dortoirs étaient à 20 lits. 

Le confort du soldat reste spartiate. Il dispose d'un lit individuel (couchette en fer sur l'image ci-dessous ou comme sur les CPA de simples tréteaux sur lesquels reposent 3 planches), avec une paillasse de toile contenant 10 kg de paille (renouvelée tous les 6 mois), un matelas, une couverture de laine, un couvre pied et une paire de draps pour un mois. Chaque chambre possède des planches à paquetages d'une trentaine de cm de large au dessus des rangées de lits pour les effets militaires. Sous ces planches, on retrouve des crochets pour les équipements, capotes et souliers. Plusieurs râteliers d'armes équipent aussi la chambrée car l'arme ne quitte pas le soldat. Enfin, on trouve des tables de 2 m de long et 70 cm de large avec leurs bancs et au dessus de ces tables des planches à pains suspendues (ce ne semble pas le cas à la caserne SULLY de NOGENT).

Cette promiscuité est souvent mise en avant pour expliquer les causes des épidémies des fièvres typhoïdes et de la tuberculose (cf. le paragraphe hygiène en dessous).

AM_L1_inf_service-interieur  (17)

les corvées

La fameuse corvée de "patate" n'était pas une légende et les compagnies oeuvraient pour la popote de leur bataillon. Les hommes sont tenus chaque jour d'éplucher les légumes et d'aller chercher la viande qui leur revient, sous la surveillance et la responsabilité du caporal d'ordinaire. Les vivres sont ensuite portés à un cuisinier par compagnie qui est chargé de préparer les repas.

Les Travaux d'Interet généraux (TIG) font partis du quotidien du soldat en caserne. Ils vont de l'entretien du casernement au changement du foin des paillasses en passant par le déblayage de la neige à l'occasion.

AM_L1_inf_service-interieur  (10)

190510_corvee

2016-08-16_143601

190805_corvee_4cie

xxxxxx_corvee

corvee_patate

AM_L1_inf_service-interieur  (8)

191501_couchage

2017-01-05_203844

2017-08-17_223458

2017-12-17_183226

xxxxxx_corvee1

2017-10-25_185940

Hygienne et entretien des effets

La vie à Mamers n'etait pas la plus simple pour la garnison. Un problème récurrent, jusqu'à la réalisation de travaux, fut l'eau courante à la caserne, où seul un puit et des citernes l'alimentaient. Celle-ci nécessitait 90 m3 d'eau par jour pour les 1200 hommes de la caserne. Ainsi pour répondre à ce besoin, les soldats disposaient de lavoir militaire le long de la"Dive", petite rivière qui fut la cause de la catastrophe de 1904 à Mamers. Les soldats de Nogent ne connaissaient pas ce problème.

Le livre du gradé de 1894 précise: Art. 353. Chaque jour, au lever, les hommes doivent se nettoyer la tête, se rincer la bouche et se laver avec soin la figure et les mains; la serviette employée doit être propre; il est interdit de se servir des serviettes d'un camarade. Le linge de corps est changé une fois au moins par semaine; quand le linge sale n'est pas envoyé immédiatement au blanchissage, il est séché, plié et placé dans la poche du havresac à ce destinée. Il est donné un bain par aspersion tous les quinze jours au minimum. Une fois par semaine au moins, on procède au lavage des pieds et des jambes.

Le sujet de l’hygiène de la caserne de MAMERS a fait, à plusieurs reprises, le sujet de questions à la chambre des députés devant le ministre de la guerre. L'article ci-contre du journal "le matin" de juillet 1907 (source Gallica) présente la problématique d'une épidémie de fièvre typhoïde au 115e RI liée aux conditions de vie des soldats et à la problématique de l'eau pour la caserne.

Il est rapporté dans plusieurs journaux la mort d'un soldat du 115 de cette fièvre le 01/07/1907.

La superficie de la caserne, étant à l'origine construite pour 2 bataillons et un dépôt, entraine des problématiques de promiscuité, d'accès à l'eau et de capacité d'accueil à l'infirmerie. 

journal le matin juillet 1907

Ce même sujet est de nouveau porter par M LAMY à la chambre des députés le 03 décembre 1907 devant le ministre de la guerre M. PICQUART et le sous secrétaire d'état à la guerre, M. CHERON. M. CHERON apporte quelques éléments intéressant de vie courante en répondant au député du MORBIHAN (source GALLICA/BNF/JO du 03/12/1907) et en citant un rapport du commandant du 4e corps d'armée du 30/11/1907:

- l'infirmerie est dans le bâtiment du 2e bataillon (une nouvelle infirmerie sera construite en 1913 à l’extérieur et contre la  caserne);

- le déficit du casernement de MAMERS par rapport à la contenance normale est de 56 places;

- la moyenne des absents pour congés, permissions, séjour aux hôpitaux, détention, ... est d'une soixantaine d'homme au minimum;

- l'effectif logeant au quartier ne concerne que les caporaux et soldats (les officiers et sous-officiers logeaient en garnison);

- la caserne comptait, parmi les chambres dortoirs, 40 grandes chambres de 20 places;

19080113_presse_pb-eau

Toujours sur fond politique, l'article du journal "la libre parole" du 13 janvier 1908 (source RETRONEWS/BNF) revient sur cet épisode.

Enfin il est intéressant de noter que ces fièvres typhoïdes au sein de la troupe avaient déjà fait parler d'elles à MAMERS dans les années qui ont suivi la construction de la caserne (M PAUZAT, "l'épidémie de fièvre typhoïde" à MAMERS 1887-88).

AM_L1_inf_service-interieur  (7)

191409_lavoir

xxxxxx_lavoir2

190510_lavoir

190607_lavoir

190707_lavoir

190909_lavoir

xxxxxx_lavoir

191211_lavoir

xxxxxx_lavoir1

2016-08-20_192656

le service médical avant guerre (source "règlement sur le service intérieur du corps de troupe d'infanterie, décret du 25/08/1913")


AM_L1_inf_service-interieur  (9)

Il est organisé pour traiter au régiment les militaires atteints d'affection dont la gravité n'exige pas l'envoi à l’hôpital.... Le médecin-chef de service dirige et surveille, sous l'autorité du chef de corps, le service et la police de l'infirmerie régimentaire, ainsi que la salle de réunion des hommes exempts de service, lorsque ces salles sont annexées à l'infirmerie.

Le personnel comprend pour l'ensemble du régiment:

- un médecin chef (médecin major de 1ère classe) qui dirige le service sanitaire du corps, l'infirmerie et ses annexes. Il est aux ordres du chef de corps. Il a en charge la surveillance de l'hygienne de la troupe et de l'alimentation ainsi que du casernement. Il est responsable de l'instruction des médecins concernant leur rôle en campagne et de celle des infirmiers et brancardiers régimentaires dont les musiciens du corps;

- deux médecins (médecin major de 2° classe et médecin aide-major de 1° ou 2° classe) qui assistent le médecin-chef;

- Éventuellement, des médecins auxiliaires (étudiants en médecine) ou des médecins de la Réserve ou de la Territoriale en période d'instruction;

- un sergent chargé de l'infirmerie, sous-officier rengagé désigné par le chef de corps, en charge de tous les détails techniques et disciplinaires de l'infirmerie et de la tenue des écritures;

- des infirmiers, à raison d'un infirmier du service armé et un du service auxiliaire par bataillon; (service armée = troupes combattantes, service auxiliaire = poste temps de paix et compagnies de dépôt, classification faite à l'issu du conseil de réforme). Un des infirmiers du service armé peut être caporal. Ils sont désignés par le chef de corps, sur la proposition du médecin-chef.

Tous les soldats passaient en visite à leur incorporation (appelés ou engagés volontaires) ainsi qu'à leur départ du régiment. Les consultations étaient journalières et suite à la visite, les malades étaient soit cantonnés à la chambre, à l'infirmerie ou entrant à l’hôpital. Une visite mensuelle, afin de constater l'état général de santé des militaires du régiment était organisée pour tous les sous-officiers non rengagés, caporaux et soldats de façon individuelle. De plus tous les deux mois, ces hommes étaient pesés. Les médecins devaient leurs soins gratuits à tous les militaires du régiment et aux membres de leur famille habitant avec eux.

Les médecins et infirmiers assistaient aux marches, aux manœuvres, aux baignades (systématiquement un médecin) et aux tirs du régiment (infirmier exercé à la pratique des pansements d'urgence).

le maniement des armes et la préparation au combat

Les sections aux ordres des sergents apprenaient les rudiments du maniement des armes dans la cours de la caserne ou sur le champ de manœuvre. A l'aide de cibles et de silhouettes représentées sur les façades, les soldats apprenaient à évaluer les distances en fonction de la taille de l'objectif et évidemment à viser. Les casernes disposaient aussi d'agrès de gymnastiques et d'audace où les escouades se confrontaient dans des concours de forces, d'équilibre et de courage. Des champs de tir (CT) se trouvaient plus ou moins à proximité (ST LONGIS et forêt de PERSEIGNE pour MAMERS, un CT aurait tenu place sur le champ de manœuvre de NOGENT LE ROTROU).

AM_L1_inf_service-interieur  (12)

1907xx_agrès exercices

xxxxxx_entrainement

xxxxxx_entrainement1

AM_L1_inf_service-interieur  (13)

AM_L1_inf_service-interieur  (15)

2016-08-20_171518

2016-08-20_192515

2019-04-13_193551

2016-07-13_180155

CPA datée du 18 juillet 1909.

Les militaires encadrent certaines séances des sociétés mixtes de tir. On aperçoit plusieurs civils tenant dans leurs mains des fusils LEBEL. 

Le tir est évidement une activité majeure de l'instruction du soldat. Des classements et des concours annuels étaient réalisés au sein des formations afin de distinguer les meilleurs tireurs et créer une émulation au sein de la troupe et de l'encadrement.

Ci dessous les règles (qui évoluaient au grès des instructions réglementaires) pour la réalisation des épreuves, les récompenses, les prix et le classement des militaires.

Prix de tir (extraits du livre du gradé d'infanterie 1894):

Classement des tireurs: A la suite des tirs individuels d'instruction et d'application, et le 16 aout au plus tard, on procède au classement annuel des tireurs. Les sous-officiers, les caporaux et les soldats qui ont obtenu 75 points au moins forment la 1ère classe; ceux qui ont obtenu 35 points au moins forment la 2ème classe; ceux qui ont moins de 35 points forment la 3ème classe. Ceux qui n'ont pas exécuté 4 tirs au moins ne sont pas classés.

Récompenses de tir: Les récompenses décernées aux tireurs les plus adroits sont de deux sortes: les premières sont accordées aux tireurs qui, dans les tirs individuels d'instruction et d'application de l'année, ont obtenu les plus fortes sommes de points; les autres sont décernées à suite de concours. Ces récompenses consistent en attributs honorifiques destinés à signaler les bons tireurs aux yeux de leurs chefs et de leurs camarades.

Récompenses accordées d'après les résultats des tirs individuels.

Ces récompenses comprennent les prix de l'année et les insignes de tirs.

les prix de tir de l'année comprennent:

- un cor de chasse en argent doré avec épinglette et chaine en argent, qui constitue le premier prix de tir de l'année. Elle est donnée au tireur qui, sur l'ensemble du corps, a obtenu la plus forte somme de points. Ce militaire reçoit en outre un cor de chasse brodé.

- des cors de chasse brodés en or ou argent (couleur des boutons), attribués aux tireurs qui ont obtenu les plus fortes sommes de points. Ils sont cousus sur la manche gauche de la tunique, de la capote, de la veste et se porte concurremment avec les épinglettes de tir. Dans chaque corps, ils sont alloués d'après l'effectif maximum atteint pendant l'année, à raison de 1 pour 50 hommes. Officiers, adjudants et les sergent-major, bien que participants, ne reçoivent pas de prix.

L'insigne de tir:

il est accordé pour la durée d'une année à tous les tireur de 1ère classe à l'exception des sous-officiers. Il consiste en un cor de chasse en drap écarlate pour les régiment d'infanterie (jonquille pour les bataillon formant corps), cousu sur la manche gauche de la tunique, de la capote et de la veste. Il se porte concurremment avec les épinglettes de tir.

Récompenses décernées à la suite de concours.

Il est accordé chaque année, à la suite de concours, des prix de tir consistant en épinglettes et en médailles d'argent et de bronze. Pour les sous-officiers: 3 épinglettes, dont une avec cor de chasse en argent doré par régiment.

les prix accordés au révolver comprennent une médaille d'argent et une médaille de bronze par régiment.

pour les caporaux et soldats: 1 épinglette avec cor de chasse en argent pour 200 hommes. le tireur classé 1er au concours reçoit une épinglette en argent doré.

Concernant le port de ces attributs:

l'épinglette devient la propriété de l'homme à qui elle a été décernée. Il la porte pendant toute la durée du service actif ainsi que pendant les périodes de rappel à l'activité.

Le cor de chasse brodé n'est conservé une seconde année que si le tireur reste de 1ère classe.

Ceux qui obtiennent deux années de suite un cor de chasse brodé se voient remettre un cor de chasse surmonté d'une grenade de même métal (manuel d'instruction du tir de l'infanterie 1902).

2019-10-26_183614

2015-06-05_233259

Le tir sportif

A l'aspect guerrier de la pratique du tir est associé la pratique sportive. Dès lors les militaires participent à des concours organisé par l"Union des sociétés de Tir de FRANCE" dont les origines sont expliquées sur le site suivant: http://www.mousquet.net/page132.htm

L'Union des Sociétés de tir de France organise chaque année quatre grands records nationaux et six championnats.

Les championnats comprennent:

Le championnat de France à l'arme de guerre: sur 15 balles et 150 points.

Le championnat de la jeunesse, à l'arme de guerre: sur 15 balles et 150 points.

Le championnat de revolver: sur 18 balles et 180 points.

Le championnat des écoles supérieures: sur 10 balles et 100 points.

Le championnat des lycées et collèges: sur 10 balles et 100 points.

Le championnat des écoles primaires.

Sauf pour le championnat des écoles primaires, tous les tirs se font à l'arme de guerre française et, en général, à la distance de 200 mètres.

L'article ci-dessous du journal "le matin" du 11 juin 1905 (source Gallica) présente les résultats de 2 mamertins ( sergent GUIMY et l'adjudant PETIT) à l'un de ces concours.

journal le matin 11 juin 1905_1

journal le matin 11 juin 1905_2

AM_L1_inf_service-interieur  (16)

les rassemblements

Le rapport de la compagnie est journalier. Il permet de faire le point des effectifs, des malades, de donner les ordres et d'écouter les consignes et les messages des différentes autorités de la compagnie.

191710_rapport

190404_rapport

1906xx_rapport

2017-12-17_183242

La musique

Dans chaque régiment d'infanterie, on retrouve une musique. Celle du 115ème RI donnait à l'occasion des concerts le jeudi place des Halles (place Carnot), le dimanche place Carnot ou des Grouas, autour du kiosque et à l’occasion au théâtre (dont l’un en 1879 avec la chanteuse Madame Thérésa au profit des sinistrés de la grêle). Distraction importante de l'époque, la population comme les soldats de la caserne assistaient avec ferveur à ces démonstrations.

La musique était aussi sollicitée à l'occasion de foires et concours comme ci-dessous au concours hippique de Mortagne au Perche (1908).

Un autre encart est développé sur la musique dans l'onglet "les soldats du 115 avant guerre".

2018-01-09_181433

2018-01-09_181410

AM_L1_inf_service-interieur  (1)

xxxxxx_musique2

AM_L1_inf_service-interieur  (14)

2016-10-10_205646

  • 190806_musique
  • xxxxxx_musique1
  • xxxxxx_musique

Le service (source règlement de service intérieur de l'infanterie de 1913)

Le service dans un régiment à plusieurs bataillons, aux ordres du capitaine adjoint du régiment, s’appuie sur le "service de semaine". Il est désigné à tour de rôle, pour une semaine, du samedi au samedi, au sein des bataillons du corps.

Dans le bataillon désigné, le chef du service est le chef de bataillon, secondé par un capitaine et un adjudant. Ce bataillon de service est chargé de l’exécution des ordres urgents parvenant au quartier, de la désignation des unités et personnels pour les services collectifs ou individuels, de la sécurité, de la police et de la bonne tenue du quartier. Le Chef de bataillon désigne une compagnie de semaine et le Commandant de compagnie une section de jour.

Le capitaine de semaine dispose pour l’exécution des services de l'adjudant de semaine, d'un soldat secrétaire et d'un cycliste. Il commande la garde de police relevée journellement et les corvées désignées (semaines des compagnies du bataillon, officier de police de nuit, services de nuit, punis, ordinaire, ...). Enfin, il contrôle les écuries du corps et fait assurer la bonne tenue du quartier (surveillance, propreté et entretien des cours et abords de la caserne, gymnases, séchoirs, locaux communs, ...).

L'adjudant de semaine surveille la garde de police et les sergents et caporaux de semaine des compagnies. Il préside à l'appel du matin, assiste à l'appel du soir et au rassemblement des corvées. Il contrôle chaque jour le registre des punis, l’arrête et le certifie. Il loge au quartier pendant son service (s'il est marié et loge en ville, il est autorisé à aller prendre son repas à son domicile).

Il est en charge et est responsable de la ponctualité des batteries et sonneries régimentaires (tache attribuée au sergent de la garde), à savoir le réveil, la soupe, l'appel et l'extinction des feux à 22h ( cf. site suivant présente les cérémonials et partitions des régiments dans cette période avec des extraits des sonneries http://www.appat.org/celeustique/index.php/sonneri... ).

 A charge des compagnies par roulement, les pelotons au sein de celles-ci se relève pour prendre "le piquet" (la garde de police à l'entrée de la caserne). 

2019-11-09_105146

CPA voyagée le 19/12/1913.

on remarque sur cette CPA, 1 clairon, 2 sergents, 1 caporal, 4 sentinelles et 1 planton portant les attributs du 115e RI. Ils posent devant l'entrée de la caserne SULLY à Nogent le Rotrou.

Le sergent de garde a pour taches de veiller aux respects des horaires et à l'exécution des missions du caporal et des sentinelles. Il est chargé de faire exécuter toutes les batteries et sonneries et de surveiller les locaux disciplinaires en faisant l'appel des consignés ou punis. Il dispose pour l'exécution des corvées de propreté du régiment des hommes punis de prison, de salle de police et de consignes. Il est chargé de surveiller la tenue des sous-officiers, caporaux et soldats à leur sortie du quartier et signale tout ceux qui sont rentrés en état d'ivresse ou en tenue irrégulière. Il collecte après les heures de service les clefs des cantines et des cuisines. Il tient pour cela des registres.

Le caporal de garde veille à la bonne exécution du service et de la surveillance des locaux disciplinaires.

La sentinelle placée à la porte du quartier, à la guérite, filtre les entrées et annonce les venues.

La police du quartier.

Elle comporte:

- le maintien de l'ordre dans les locaux communs

- la police des salles de consommation des mess et cantines

- le contrôle de la rentrée des militaires sortis individuellement du quartier, dont l'inspection des tenues

- le contrôle de l'exécution des punitions et la surveillance des locaux disciplinaires

- l'exécution des consignes relatives aux accès (personnes étrangères au corps, colis, livraisons, ...)

De nuit, un officier de police, choisi parmi les lieutenants et sous-lieutenant, est en charge de prendre les mesures appropriées en cas de danger ou d'ordres inopinés, des contre-appels et de l'exécution des rondes (sécurité et prévention incendie).

AM_L1_inf_service-interieur  (3)

AM_L1_inf_service-interieur  (2)

(les images ci-dessous de soldats du 115 à la garde proviennent d'internet et non de ma collection http://1914-18.be)

2014-11-01_184826

115_RI_CPA_poste-de-garde_1

les prises d'armes

Le quotidien des soldats est aussi agrémenté des cérémonials militaires, revues, ordres serrés, défilés et remises de récompenses.

Il semble que la place de la République était un lieu propice pour les exercices de défilé et évidement les remises de récompenses, en particulier la médaille militaire et la légion d'honneur à l'occasion des commémorations du 14 juillet.

  • ceremonie_1
  • ceremonie_2
  • ceremonie_5
  • ceremonie_3
  • ceremonie_4
  • ceremonie_6
  • ceremonie_8
  • ceremonie_9
  • ceremonie_7
  • ceremonie_10
  • ceremonie_11
  • ceremonie_12

Les permissions

(extrait réglement de service intérieur des corps de troupe d'infanterie (décret du 25/08/1913)).

"Les permissions sont toujours une récompenses et jamais un droit... Le chef de corps a toute qualité pour accorder des permissions faisant mutation aux militaires du régiment:

- jusqu'à 30 jours avec solde pour les officiers;

-jusqu'à 30 jours avec solde et accessoires aux sous-officiers dont le service à dépassé la durée légale;

-jusqu'à 30 jours, sans solde mais haute paye, aux caporaux et soldats dont le service à dépassé la durée légale;

- 120 jours de permission ou de congé, en dehors des dimanches et jours fériés, au cours des 3 années de service aux sous-officiers, caporaux et soldats n'ayant pas encore accompli la durée légale des services (loi du 21/03/1905, modifiée le 07/08/1913).

Ces congés ou permissions ne pourront être supprimés qu'en cas de punition grave. Ils sont subordonnés aux nécessités du service: Les permissions sont accordées de préférence aux époques où la progression de l'instruction s'y prête le mieux, à celles des fêtes légales, des travaux agricoles ou à l'occasion d'événements ou de cérémonie de famille. Tous les militaires doivent, en principe, être présents pendant les séjours dans les camps d'instruction et les manœuvres d'automnes."

2017-09-08_140746


La fête régimentaire

En date du 28 juin, en souvenir des combats et de la prise de TARRAGONE (ESPAGNE) en 1811, elle est réalisée à priori chaque année. Les 2 documents ci dessous font références aux années 1889 et 1890.

2018-01-09_181459

2015-06-05_234124


Représentations

La connaissances des armées étrangères est l'une des priorités de chaque armée. Pour cela, des échanges internationaux avec les alliés du moment étaient organisés. En dehors de l'aspect renseignement, il existait aussi des aspects confraternelles  comme le montre l'article du journal "le matin" de janvier 1897 (source Gallica) relatant la réception d'un cadeau au 115e RI de MAMERS envoyé par le 115e RI de RIGA en RUSSIE.

journal le matinjanvier 1897_1

journal le matin janvier 1897_2